Protection sociale au Maroc : partir couvert et serein

Famille se tenant la main mutuellement

La protection sociale dépend du statut. Si vous êtes expatrié, en contrat local ou détaché, vous n’aurez pas la même protection sociale.

Voyons, tout d’abord, à quel cas vous vous rattachez.

 

Le détachement :

C’est un salarié qui travaille pour une entreprise française, belge ou suisse par exemple et qui va travailler dans une filiale qui se situe au Maroc. Il est ainsi toujours rattaché au régime de sécurité sociale, aux assurances de son pays d’origine. Il va continuer de percevoir ses allocations. Ce statut est autorisé pendant une durée de 3 ans qui peut être renouvelée une fois. Après cela, la personne concernée ainsi que sa famille devront changer de statut. Il faudra notamment compléter un formulaire deux mois avant la fin du contrat.

Un détaché, au Maroc, n’a donc pas besoin de passer par l’ANAPEC, l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi et des Compétences pour avoir un contrat de travail. En revanche, il aura quand même quelques documents à leur fournir valider et légaliser en quelque sorte son activité au Maroc.

 

L’expatriation :

Un expatrié est une personne qui va vivre, travailler à l’étranger (contrat local, création de sa propre entreprise, etc.). Il n’est pas détaché et donc plus affilié au régime de sécurité sociale de son pays d’origine. Il ne peut plus bénéficier d’allocations et doit donc se rattacher au régime de protection sociale marocain, appelé la CNSS. Des assureurs privés et/ou français restent tout de même accessibles comme par exemple, la CFE (la Caisse des Français de l’Etranger) pour continuer à être couvert par la protection sociale française.

 

Le cas des retraités :

Les retraités français vivant à l’étranger, au Maroc peuvent être pris en charge lorsqu’ils reviennent quelques temps en France. Leurs dépenses seront remboursées. Le Centre National des Retraités Français de l’Etranger (CNAREFE) est un service disponible pour aider et accompagner les retraités français résidant au Maroc. Par ailleurs, les retraités français qui bénéficient d’une pension de vieillesse ont la possibilité, au Maroc, de cumuler une couverture maladie supplémentaire avec la CFE.

 

Conventions bilatérales de sécurité sociale :

Des conventions bilatérales de sécurité sociale existent entre le Maroc et les pays suivants : Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, France, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Suède et Tunisie. Elles rendent plus facile et presque instantané le transfert des droits et prestations d’un pays vers un autre.

 

La sécurité sociale marocaine :

Tout d’abord, il y a l’AMO, l’Assurance Médicale Obligatoire que tout le monde doit avoir.

Ensuite, deux options sont possibles afin d’être pris en charge par la sécurité sociale :

  • La CNOPS, la Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale pour les travailleurs du secteur public
  • La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), pour les salariés et retraités du privé.

 

La CFE, Caisse des Français de l’Etranger :

Si les services et indemnités de la sécurité sociale locale marocaine ne vous suffisent pas ou vous semblent insuffisants, vous pouvez toujours adopter pour la CFE. Cette dernière vous rembourse tous vos frais de la même manière que si vous étiez en France, avec les mêmes taux. Cela est donc intéressant notamment si vous savez que vous êtes susceptibles de payer des frais de santé importants. En contrepartie, la CFE est plus coûteuse et vous êtes également contraints de cotiser à la sécurité sociale locale marocaine.

 

Les assurances privées et des banques :

Parmi les propositions déjà indiquées précédemment, d’autres solutions existent. Il est utile de savoir combien de temps vous restez au Maroc, à l’étranger. Pour des séjours de courtes durées, il est souvent préférable de s’orienter vers d’autres méthodes.

Des assurances privées peuvent vous proposer des offres relativement intéressantes à différents prix selon vos demandes, vos besoins. Vos frais de santé, accidents, votre rapatriement et d’autres assistances peuvent ainsi être pris en charge de cette façon.

Les cartes bancaires de niveau supérieur (Via Premier, MasterCard Gold) peuvent rembourser en totalité ou partiellement certains frais de voyage. Elles assurent par exemple le vol de votre carte, de votre téléphone et même votre responsabilité civile. En achetant votre billet d’avion, de train ou de bateau pour aller au Maroc avec cette carte bancaire, vous pouvez vous faire rembourser en cas de rapatriement.

Check Also

Où et comment chercher un emploi au Maroc

Sur près de 50 000 expatriés recensés par les services consulaires français, 18 % ont …

L’enseignement au Maroc : comment assurer l’éducation de ses enfants au Maroc ?

Le système éducatif au Maroc     L’enseignement public L’avantage de l’enseignement public au Maroc …

One comment

  1. Bonsoir,
    Que pensez vous du village de Dyar Shemsy, à 35kms d’agadir où on me propose l’achat d’une villa de 160 m2 pour 274000euros que je trouve chère, .je suis retraité et me pose plein de questions en cas de problème médical.. Ma mutuelle m’a prévenu que je ne pourrais plus en bénéficier si j’y réside plus de 183jours/an..Où en trouver une autre qui vous accepte et vous garde ?
    Je n’arrive pas non plus à savoir comment se calcule l’impôt foncier sur la résidence principale au Maroc. Bien sur je suis très tenté de résider au Maroc mais quel casse tête pour s’y préparer..
    Merci d’avance pour vos éclaircissements.
    Bien à vous
    FP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *