Témoignage d’un ami béninois: 5 belles valeurs que le Maroc m’a enseignées

J’ai aujourd’hui le plaisir de publier un article rédigé par Charbel Zohoun, qui est l’éditeur du blog VivreAuBenin.com. Tout comme moi, Charbel partage également sa passion et l’amour de son pays le Bénin sur son blog. Si j’ai souhaité publier le témoignage de Charbel c’est avant tout, car son histoire m’a beaucoup séduit.

Eh oui, car si les grands médias traditionnels relaient sans cesse les problèmes migratoires que connait le Maroc, on oublie bien souvent qu’au contraire le Maroc est un pays accueillant où les étrangers, quel que soit leurs origines arrivent parfaitement à s’intégrer et à vivre. Charbel peut en témoigner ! Bref, assez parler, je laisse la parole à Charbel qui nous raconte dans cet article son expérience de vie durant neuf années au Maroc

Témoignage d’un ami béninois: 5 belles valeurs que le Maroc m’a enseignées”

Charbel-ZOHOUNLe Maroc est un pays de tradition séculaire et de riches cultures. Puisant dans ses racines africaines, elle s’élève vers la méditerranée pour faire le lien entre les cultures du Nord et du Sud. Pour bâtir un pont entre les vieilles traditions d’une Europe qui s’enlise, les riches cultures arabes et la profondeur de ses liens africains.

Quand, jeune bachelier je foulais le sol marocain, j’étais plein d’appréhensions, au sujet d’un pays qu’on m’a décrit profondément arabe, raciste et hypocrite. Je m’attendais à de vastes étendues désertiques au milieu des villes, et à des dromadaires entrecoupant la circulation. J’ai été surpris, agréablement d’ailleurs. Tellement que si je dois, après neuf années dans ce pays, parler des valeurs qu’il m’inspire, je ne saurais par où commencer…

Mais j’en retiens 5, qui me semblent cardinales. Pour l’étudiant que j’ai été, pour le jeune professionnel que je suis.

1- La formation académique

Même si elle reste perfectible, la formation académique au Maroc m’a semblé de bonne facture et d’une structure adéquate pour les pays en développement. Les derniers chiffres sont assez éloquents sur le nombre d’étudiants subsahariens qui poursuivent leur formation dans les écoles et universités marocaines. Plus de quinze mille étudiants (privés et publics compris). Le Maroc est doté d’infrastructures universitaires de bons standings.

Le pays abrite en effet 15 universités, cinq facultés de médecine et de pharmacie et plusieurs grandes écoles d’ingénieurs, de management ou d’architecture. Le fait est que le système pédagogique marocain, conforme aux normes internationales, facilite la mobilité interuniversitaire et l’insertion professionnelle. L’enseignement est dispensé en français dans la plupart des filières et les diplômes délivrés sont reconnus dans de nombreux pays. Le système, fait de facultés et de grandes écoles ainsi que d’instituts professionnels est une sorte d’ascenseur social qui permet aux méritants d’avoir accès aux grandes écoles grâce à leurs bons résultats. De même qu’il permet à ceux des facultés des sciences de pouvoir intégrer une top université après leur DEUG (Diplôme d’études universitaires générales) couronné de bonnes mentions.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs (E.M.I) à Rabat
Ecole Mohammadia d’Ingénieurs (E.M.I) à Rabat

Je me rappelle que dans ma deuxième année, un projet sous impulsion royale et accompagnée par les réseaux de téléphonie mobile permettait aux étudiants des écoles d’ingénieurs (le projet a été généralisé aux autres facultés et écoles quelques années plus tard) de disposer d’un ordinateur portatif à un coût dérisoire ainsi que d’une connexion internet mobile gratuite d’un an.

S’il faut reconnaître que la bourse accordée par l’Agence Marocaine de Coopération Internationale joue un grand rôle dans cette forte présence subsaharienne, il est aussi clair que les valeurs de l’enseignement supérieur marocain, sa proximité avec l’Europe et les conditions agréables (et moins chères) sont autant de raisons qui poussent les jeunes subsahariens à choisir le Royaume. Une valeur sûre de la politique marocaine.

2- La diversité culturelle

La position marocaine est d’abord son atout et sa principale valeur. J’ai été frappé par les couleurs qui font le Maroc. Amazigh ou berbère, arabophone et rifain, multitude de subsahariens, européens ou encore les juifs marocains, le Maroc est une porte, et jouit de ce fait d’un véritable melting-pot culturel. Une richesse sur laquelle se fondent des valeurs de tolérance et d’ouverture.

« Le Maroc a toujours été un carrefour et un lieu de brassage des cultures et des civilisations. Le fait que le Maroc ait connu à travers son histoire plusieurs colonisations et conquêtes (phénicienne, romaine, byzantine, vandale, arabe, française, espagnole) explique son multiculturalisme, son plurilinguisme et sa tolérance envers les autres cultures » soulignent à juste titre le Pf. MOHA Enaji.

L’exemple le plus patent pour moi est la diversité dans les milieux estudiantins africains au Maroc. La Cité Universitaire Internationale de Rabat abrite près d’un millier d’étudiants venant d’une cinquantaine de pays ! Une vraie richesse. Souvent, en descendant dans le jardin de la Cité, et croisant lusophone, anglophone ou francophone d’Afrique de l’Ouest et du centre, mais aussi des Palestiniens, des Afghans, des Haïtiens ou d’autres encore de la Barbade, de Madagascar et autres, on se rend vite compte de la chance que nous avons. Cette multi culturalité est une véritable richesse, pour nous d’abord, et pour le Maroc ensuite.

Côtoyer les Marocains d’horizons divers dans les amphis et les salles de cours est enrichissant même s’il faut se faire à l’idée d’être souvent traités d’Africains. Mais la bonne ambiance, les harira qu’envoient nos voisins durant le ramadan ainsi que la bienveillante attitude de bien de Marocains font de la diversité une des richesses et des valeurs cardinales qui fondent le Maroc.

3- Un modèle de développement 

Place des Nations Unies à Casablanca, au Maroc. Le tramway a été mis en circulation en 2012.© PATRICE THEBAULT
Place des Nations Unies à Casablanca, au Maroc. Le tramway a été mis en circulation en 2012.© PATRICE THEBAULT

Ah oui ! Le Maroc m’en a mis plein les yeux, les Marocains et leur habileté à finir des travaux à peine commencés. Dans bien de pays subsahariens, dont le mien, le Bénin, les éléphants blancs sont monnaie courante et la lenteur des travaux, les retards dans les délais de livraison, un sport national. Je ne peux affirmer que la seule valeur du peuple marocain est qu’il soit travailleur, non ! Mais le respect et la crainte de l’autorité royale décuplent la motivation, l’entrain au travail et le respect des délais donnés. Et c’est bien là, une véritable valeur.

Sur le plan des technologies de l’information et de la communication, en neuf années au Maroc, j’ai pu mesurer et vivre les progrès réalisés par le pays en matière de téléphonie mobile et d’accès à internet. Le pourcentage de la population couverte par le réseau mobile, la vitesse moyenne de la large bande passante (4 Megabits/seconde) n’ont cessé de croître en même temps que la bonne mise en œuvre des infrastructures de communications permet aux internautes marocains de jouir d’un bon accès à internet. Les réformes dans le secteur des communications et de l’investissement croissant dans les réseaux d’infrastructure nationaux fibres optiques ont considérablement fait baisser les prix.

En matière d’infrastructure routière et de transport, en neuf années, j’ai été un témoin privilégié du grand bond qu’a effectué le Royaume. Après la construction du grand port de Tanger Med et l’implantation de Renault dans cette ville du nord du Maroc, l’autoroute Tanger-Casablanca- Marrakech, la ligne de TGV en construction donnera un nouveau visage et une impulsion économique au Maroc. Si dans ma première année d’étude, on m’avait assuré que neuf ans plus tard, Rabat et Casa auraient leurs lignes de Tramway, je n’aurais pas misé un iota. Pourtant le pays l’a fait. Cet exemple à lui seul est illustrateur des avancées faites par le pays et du changement qu’il a opéré. Ces avancées n’auraient pas été possibles sans une réelle volonté politique au plus haut niveau, mais aussi une grande adhésion populaire. Ensuite, les parcs éoliens en développement dans le sud ne font que renforcer la politique énergétique du pays ; indispensable au développement économique. S’il est une valeur qui me semble cardinal, c’est bien celui-ci : le développement infrastructurel.

4- Le sens de la patrie

J’ai aussi appris dans ce pays le sens de l’amour de la patrie: DIEU-LA PATRIE-LE ROI ! La déferlante de véhicules chargés qui chaque été prend d’assaut le port de Tanger med, ces Marocains résidants à l’étranger qui au prix de longs trajets rejoignent leur « biladi », ce bled qu’ils affectionnent… Les grandes retrouvailles nationales ainsi que le total consensus sur la question du Sahara marocain ont fini de me convaincre de l’amour que les Marocains portent à leur pays.

Vous est-il déjà arrivé d’arpenter les ruelles de Casa, Rabat, Kenitra ou Marrakech les jours où les lions de l’Atlas jouent ? Avez-vous déjà vécu la déferlante rouge et verte lors des victoires de l’équipe nationale ? Avez-vous suivi à la télé une des sorties sur le terrain de Sa Majesté le Roi, le soutien et l’effervescence populaire qui l’accompagne et l’accueille à chaque fois ? Les Marocains vouent un amour sans faille à leur pays et à leur Roi, c’est une certitude.

Cet amour qui fait qu’où qu’ils soient, les Marocains ont leur pays en eux, leur babouche aux pieds et consacrent leurs vendredis au couscous et n’oublient pas la chaleur de leur harira.

5- La gastronomie

cuisine_marocaine(1)
Crédit Photo riadsamsli

Bienvenu au pays du sucré salé ! Au Maroc, j’ai été immédiatement séduit par la gastronomie du pays et la richesse des plats. Si j’ai eu un mal fou à adopter le harira, le reste s’est fait comme lettre à la poste, et le rendez-vous hebdomadaire des couscous du vendredi demeure une tradition à laquelle je ne dérobe pas. Depuis neuf ans !

Un petit récapitulatif de mes must :

  • Le harira : Soupe réalisée à base de légumes secs, de tomates, et d’un peu de viande, elle est délicieuse. On y ajoute juste au moment de déguster un peu de jus de citron, et elle est parfois servie avec des dattes.
  • Les tajines : Vous vous régalerez de ces plats mijotés que peuvent être les tajines de poulet au citron confit, d’agneau aux pruneaux, de bœuf, cuits dans des récipients en terre cuite d’agile … Les variations sont infinies.
  • Les couscous : Le plat des vendredis au Maroc. Profitez de vrais couscous avec la semoule cuite à la vapeur en plusieurs fois. Selon les régions, le couscous comportera uniquement des légumes, ou bien du poulet, de l’agneau, du bœuf.
  • Le Chbakiya et le m’senmen : Mes gouters préférés de l’après-midi. Accompagnez votre m’senmen de miel ou de fromage et d’un verre de thé marocain. Un régal !
    Article rédigé par Charbel ZOHOUN, auteur du blog www.vivreaubenin.com qui invite au voyage et à la vie au Bénin.

Article rédigé par Charbel ZOHOUN, éditeur du blog  www.vivreaubenin.com qui invite au voyage et à la vie au Bénin.

About Gaston Hakim

Passionné par le Maroc, j'ai créé ce blog pour y partager plus de 19 ans d'expériences de vie et voyages au Maroc. Ce blog s'adresse à tous ceux qui souhaitent voyager au Maroc ou qui désirent s’y installer pour vivre paisiblement au soleil.

Check Also

sécurité au maroc

Peut-on encore réellement vivre au Maroc en toute sécurité ?

  Bonjour à tous, c’est Gaston Hakim Lastes, éditeur du site www.Vivre-au-Maroc.com et coach en …

impots et taxes pour la fisaclité au maroc

Impots d’un retraité expatrié au Maroc : la fiscalité expliquée simplement.

Impots d’un retraité expatrié au Maroc  La fiscalité des expatriés au Maroc parait assez complexe …

3 comments

  1. En tant que marocain nous devons combattre les voyous qui frappent les noirs venus étudier au Maroc. Ces bandes donnent une mauvaise image du pays. C’est notre devoir d’aider nos frères africains a bien se sentir chez nous. Très bon article.

  2. Interview de qualité, qui nous transporte dans les belles aventures vécues par Charbel Zohoun au Maroc.

    Un vrai plaisir à lire et une incitation à découvrir la pays sous un regard neuf 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *